Maisons fissurées : 20 millions de français exposés, beaucoup plus à l’avenir

10/05/24 – La loi Rousseau, votée à l’Assemblée Nationale en avril 2023  va être examinée au Sénat le 30 mai. Elle vise à améliorer certains points concernant la prise en charge des sinistres dits des “maisons fissurées”. Depuis des années, nombreux ont été les rapports publiés (CCR, Cours des Comptes, France Assureurs, Commission sénatoriale, Rapport Vincent Ledoux…) sur le phénomène de “retrait-gonflement des argiles”. Tous tirent la sonnette d’alarme sur le sort des victimes. Tous ont formulé des recommandations. Tous s’accordent à souligner l’augmentation très forte de ce phénomène par le passé, et à l’avenir, et son lien direct avec le changement climatique d’origine humaine.

Dans ce contexte, l’association de victimes « Les oubliés de la canicule » lance une pétition appelant à une meilleure prise en charge des sinistrés du « retrait-gonflement des argiles » et des sécheresses. “Aujourd’hui, il est urgent de donner la parole aux sinistrés climatiques qui sont confrontés à un véritable parcours du combattant. Les sinistrés se retrouvent souvent en détresse face aux assureurs, craignant de perdre toute une vie de travail investie dans un bien qui n’a plus aucune valeur. Nous appelons Gabriel Attal à prendre en compte nos demandes et à apporter des réponses concrètes pour l’avenir des sinistrés à venir » déclare Yves Moalic, Référent des Oubliés de la canicule.

L’association Conséquences accompagne cette initiative des Oubliés de la canicule et souligne leur engagement en tant que une des principales associations nationales offrant accompagnement et conseils aux sinistrés du « retrait-gonflement des argiles ». Au cours des 20 dernières années, elle a assisté plus de 30 000 sinistrés.

Points clés de la pétition :

  • 1. Urgence psychologique et cellules de crise : Appel à la création de cellules de crise départementales pour répondre aux situations les plus complexes et urgentes.
  • 2. Prise en charge intégrale et équitable des réparations : Demande que toutes les réparations, qu’elles concernent la solidité du bâti ou des aspects « esthétiques », soient couvertes.
  • 3. Amélioration des procédures de réparation des sinistres : Appel à la responsabilisation des intervenants sur le dossier et à une étude de sol complète dès la déclaration du sinistre.
  • 4. Information et prévention face au péril croissant : Proposition de mesures d’information du public et de diagnostic de vulnérabilité des maisons dans les zones à risque.
  • 5. Renforcement du régime Cat-Nat : Urgence à garantir l’accessibilité à l’assurabilité pour tous et à assurer la protection des biens et la sécurité financière des propriétaires.

 

Les témoins

Yves Moalic est un professeur de français et de théâtre retraité investit dans le secteur associatif. Sa maison, située à Semur-en-Auxois, a été sinistrée en 2018, celle-ci est située sur une veine argileuse. Il est engagé comme référent pour l’association des Oubliés de la canicule et a accompagné plus de 600 dossiers dans les régions de la Côte d’or, la Nièvre et la Haute-Saône. Il est le porte-parole de l’association des Oubliés de la canicule.

 

Nadège Bonnot réside à Perrigny-lès-Dijon (Côte-d’Or), elle est membre de l’association les Oubliés de la canicule. Elle vit dans sa maison depuis une vingtaine d’années. En 2017, elle a commencé à voir des fissures tant sur la face de son pavillon qu’à l’intérieur. Après son parcours du combattant , elle vient d’obtenir gain de cause lors d’un procès contre son assurance afin d’obtenir réparation. Dynamique et engagée, Nadège souhaite que les sinistrés ne se sentent plus seuls face à ce problème qui est directement lié au changement climatique.